Econo-Ecolo
    >> 1ère visite

Miel bio Brive-la-Gaillarde Corrèze

Dans la lignée de la démocratisation des produits biologiques, le miel "bio" est particulièrement prisé. Aussi, retrouvez sur cette page notre série de conseils à ce sujet ainsi qu'une liste d'enseignes à Brive-la-Gaillarde à même de vous conseiller.

Entreprises Locales

Pour toutes informations relatives à cette page, contactez toutlocal.fr.
Le Comptoir Irlandais Chazarin Yvon Franchisé indépendant
(055) 574-1634
9 rue Lieut Col Farro
Brive la Gaillarde, Corrèze
 
Distillerie Bellet
(055) 524-1807
3 avenue Marue Bugeaud
Brive la Gaillarde, Corrèze
 
Maison Berthe
(055) 524-2197
2 boulevard Michelet
Brive la Gaillarde, Corrèze
 
Le Lamparo
(055) 524-2759
20 rue Lieut-Col Farro
Brive la Gaillarde, Corrèze
 
Genestie Christian
(055) 524-1872
34 avenue Thiers
Brive la Gaillarde, Corrèze
 
Les Domaines du Tastevins
(055) 517-1818
15 avenue Emile Zola
Brive la Gaillarde, Corrèze
 
La Vie Claire Nature L (Sarl) Franchisé indépendant
(055) 524-0579
5 cours Martignac
Brive la Gaillarde, Corrèze
 
Les Vins de la Propriété (Sarl)
(061) 830-3267
58 rue Champollion
Brive la Gaillarde, Corrèze
 
Jeff De Bruges-martial
(055) 587-9422
18 rue Lieut-Col Farro
Brive la Gaillarde, Corrèze
 
Ferme en Ville (Une)
(055) 588-3488
30 rue Lt Colonel Farro
Brive la Gaillarde, Corrèze
 

Le miel bio

Qu’est-ce que le miel ?

Philippe Turchet : c’est la nourriture de l’abeille. Elles le produisent à partir du nectar des fleurs et le stockent pour l’hiver. Les larves consomment de la gelée royale pendant les trois premiers jours de leur existence, puis du pollen et enfin du miel lorsqu’elles sont adultes.

- En récoltant le miel, on leur prend donc le pain de la bouche ?

- On leur prend l’excèdent. Une ruche a besoin de 18 kilos pour passer l’hiver en Savoie et on peut en récolter de 5 à 30 kilos par ruche, selon les années. Mais certains en “conventionnel” ne se gênent pas, ils prennent tout et le remplacent par du sirop de maïs ! Je dis souvent qu’il y a 2 types d’apiculteurs : le sentimental de l’abeille et le proxénète de l’abeille...

http://www.netaffiliation.com/ - Famille Mary - Miel et plantes : source de bien-etre ! —>

- Quel type d’abeille compose tes ruches ?
- L’abeille noire. C’est un écotype local, très adapté à notre environnement. Je rachète les ruchers de vieux apiculteurs et j’élève mes abeilles à partir de ces souches. Mais c’est difficile parce que l’abeille noire pique vite, elle est très agressive ! Si tu lui mets une reine d’une autre espèce, elle la zigouille ! L’avantage qu’elle a, c’est qu’elle anticipe le temps qu’il fera et qu’elle résiste très bien au froid. Même engloutie sous la neige, une ruche redémarrera toujours. Elle a aussi la capacité de pouvoir ne pas sortir pendant plusieurs mois l’hiver. Je fais également de nombreuses sélections pour avoir une abeille “nettoyeuse”, ce qui est la meilleure manière de lutter naturellement contre les maladies de couvains.

- Fabriques-tu tes ruches toi-même ?

- Oui, et j’y fais très attention, c’est un élément déterminant pour le miel bio. Pour le bois, j’utilise les techniques du temps des chartreux, en choisissant le bois dans le versant nord des montagnes. Je le coupe à la bonne lune et j’écorce le bois. Cela prend du temps, il me faut 2 ans de séchage avant de faire la ruche. Mais c’est ainsi qu’elle résiste à tout, sans avoir jamais recours à aucun traitement chimique du bois.

- Combien en as-tu ?

- Pas assez ! Environ 200, et il m’en faudrait 300 en production pour en vivre décemment.

- Comment se passe la récolte du miel ?

- On récolte de fin mai jusqu’au 15-20 août. Les miels d’acacia sont les plus précoces. On commence par désoperculer, ce que je fais pour l’instant au couteau... bonjour les tendinites ! Après cela, on passe les rayons à la centrifugeuse, pour extraire le miel de la cire.

- C’est ce qu’on appelle “extraire le miel à froid” ?

- Non, il y a confusion : parce que tout le monde extrait le miel comme cela, pour le gros de la récolte. Là où ça diffère, c’est pour extraire le miel qui reste collé à la cire d’opercule. Et effectivement, la plupart des apicu...

Lire la suite de l'article sur le site de Econo-Ecolo



Accueil | Sites à visiter | Moteur de recherche écologique | Espace rédacteur | Mentions légales | Boutique | Contact
Copyright 2006-2011 Econo-Ecolo - tous droits réservés